les levres dores ou l'auto-compassion

notes de mon journal:


Elle sirote la lumière dorée de la boule de lune,

ferme ses yeux pour le respirer, prendre son orbe et digérer l'énergie douce qui rentre et sort avec le souffle - ressentir cette vibration singulière sous le nombril, dans le Hara ou le Ventre de l'Amour de Soi, en dessous du cœur,

le 2ème cœur, puits intérieur de sentiments,

la caverne où elle fourre des choses qu'elle ne veut pas ressentir. Ses péchés d'omission envers l'enfant intérieur laissé sur le pas d'une porte, abandonné qui pleure avec un nuage noir au-dessus sa tête. Serai-je jamais aimé ? Vraiment vu et tenu ? Quand je me sens faible, incapable, trop petite « pour faire », relever un défi ou un rôle, vais-je repousser ma voix intérieure, ou lui faire

un câlin, elle à moi ? Vais-je bercer doucement la petite qui se sent 'pas assez', et adoucit ses peurs ? Solide comme cette boule de lumière, ce centre de connaissance, cette présence d'or dans le noir.




3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout